Ouvrir le menu principal

Page:Ballin - Le Mahâbhârata, vol2.djvu/167

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




CHAPITRE XIV


APAISEMENT DE GÂNDHÂRÎ


Argument : Les fils de Pândou s’approchent de Gândhârî. Elle veut les maudire. Vyâsa l’en empêche, son discours. Réponse de Gàndhâri.


360. Vaiçampâyana dit : Ensuite, les (cinq) frères, ces Kourouides fils de Pândou, en compagnie de Keçava, s’approchèrent de Gândhârî, avec l’agrément de Dhritarâshtra.

361. Alors, oppressée par le chagrin (que lui causait la mort) de ses fils, l’irréprochable Gândhârî, sachant que Youdhishthira Dharmarâja avait tué tous ses ennemis, voulait le maudire.

362. Connaissant ses mauvais desseins à l’égard des fils de Pândou, le rishi fils de Satyavatî prévit instantanément (ce qu’elle voulait faire).

363. Ce très grand rishi (Vyâsa, capable de se transporter d’un lieu à un autre) avec la rapidité de la pensée, s’étant baigné dans l’eau pure de la Gangâ, arriva en ce lieu.

364. Doué d’une intuition divine, il connaissait à leurs pensées, et à leurs murmures (inarticulés), l’état d’esprit de touts les êtres vivants.

365. Cet homme au grand ascétisme, dont les paroles