Ouvrir le menu principal

Page:Ballin - Le Mahâbhârata, vol2.djvu/164

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




CHAPITRE XIII


DHRITARÂSHTRA APAISE SA COLÈRE


Argument : Discours de Krishna, Réponse de Dhritarâshtra. Il embrasse les fils de Pândou.


343. Vaîcampâyana dit ensuite : Les serviteurs s’approchèrent de Dhritarâshtra) pour les ablutions. Quand il eut été purifié, le meurtrier de Madhou lui dit encore :

344. « Ô roi, tu as appris les védas, les diverses sortes de castras (préceptes), les çroutas (révélations), les pouranas (anciens récits) et tous (les traités sur) les devoirs des rois.

345. Puisque tu es un grand sage, un savant, étant ainsi au fait du fort et du faible, pourquoi te livres-tu à une telle colère, à la suite des (malheurs) causés par ta propre faute ?

346. Ô Bharatide, (non seulement) moi, (mais encore) Bhîshma, Drona, Vidoura et Sañjaya, nous t’avons averti. Mais alors, ô roi, tu ne suivis pas nos conseils.

347. Détourné par nous (de la guerre), tu ne te conformas pas à notre avis, (quand nous te disions) que les fils de Pândou t’étaient supérieurs en force et en héroïsme, ô Kourouide.

348. Certes, le roi à la ferme sagesse, qui voit lui-même ses fautes, et qui sait discerner (les obligations