Ouvrir le menu principal

Page:Ballin - Le Mahâbhârata, vol2.djvu/139

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




CHAPITRE VI


CONSOLATIONS DONNÉES À DHRITARÂSHTRA


Argument : Explication de la parabole précédente.




149. Dhritarâshtra dit : Hélas, en vérité, la peine de cet (homme était) grande, et le lieu où il se trouvait était pénible à habiter. Comment, ô le plus éloquent des hommes, (pouvait-il) y (trouver) du plaisir et de la satisfaction ?


150. Où donc (est situé] le pays où cet (homme) se trouve, dans une telle situation, qui rend (l’accomplissement) du devoir (si) difficile ? Comment pourrait-il être délivré de ce grand danger ?

151. Renseigne-moi sur tout cela, et alors nous ferons (ce qui sera) convenable. Car une grande compassion s’est emparée de moi, et je (souhaite) la délivrance de cet (homme).

152. Vidoura dit : Ô roi, c’est une allégorie imaginée par ceux qui connaissent (la doctrine) de la délivrance (finale), pour (faire saisir comment), dans les autres mondes, l’homme recueille (le fruit de) ses bonnes actions.

153. Ce qu’on désigne par la forêt, c’est le cours de la transmigration. Le bois pénible à traverser est le dédale de cette transmigration.