Ouvrir le menu principal

Page:Ballin - Le Mahâbhârata, vol1.djvu/49

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



CHAPITRE VII


GÉNÉRALISSIMAT DE ÇALYA


Argument : Çalya fait son éloge ; il est sacré. Joie des soldats de Douryodhana, craintes de Youdhislithira. Discours de Krishna, Youdhishthira reprend confiance.


321. Sañjaya dit : Le majestueux roi de Madra, ayant entendu ces paroles du roi, répondit à Douryodhana, ô prince ;

322. Douryodhana, guerrier aux grands bras, le plus éloquent (des hommes), écoute : Ces deux Krishnas, que, placés sur leurs chars, tu considères comme les plus grands des maîtres des chars,

323, 324. Ne sont, tous les deux, en aucune façon, mes égaux pour la force des bras. Je puis combattre en face des (armées en) bataille, les Pandouides, la terre entière soulevée (contre moi) avec les dieux, les asouras et les hommes. Je vaincrai donc dans la bataille, les Prithides avec les Somakas réunis.

325. Je deviendrai, sans aucun doute, le conducteur de ton armée. Je la rangerai en ordre de bataille, et les ennemis ne la vaincront pas.

326, 327. Je te dis ainsi la vérité, ô Douryodhana, il n’y a aucun doute à cela. Ô maître des hommes, après qu’il eut ainsi parlé, le roi, le poil hérissé (de plaisir) arrosa