Ouvrir le menu principal

Page:Ballin - Le Mahâbhârata, vol1.djvu/330

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



CHAPITRE XLIX


LÉGENDES SARASVATIENNES


Argument : Légendes du tîrtha Vadarapâcana, de Çroutavati et d’Aroundhatî.


2762. Vaiçampâyana dit : Alors Râma alla à l’excellent tîrtha Vadarapâcana, fréquenté par les ascètes et par les Siddhas (saints), où une jeune fille aux vœux fermes,

2763. Appelée Çroutavati, fille du Bharadvâja, d’une beauté incomparable, n’ayant pas son égale sur la terre, ô puissant, vouée à l’étude des sciences sacrées dès son enfance,

2764. Livrée à de nombreuses austérités, pratiqua un ascétisme terrible. Cette belle, s’étant arrêtée à cette pensée, « Que le roi des dieux soit mon époux »,

2765. Passa, ô continuateur de la race de Kourou, cent années à pratiquer diverses austérités douloureuses, difficiles à exécuter pour les femmes.

2766. maître des hommes, l’adorable Pâkaçâsana, (Indra, punisseur de Pâka), fut satisfait des austérités auxquelles elle se livrait et de sa dévotion suprême (à son égard).

2767. Le roi, maître suprême du Tridaça, ayant pris la forme du magnanime viprarshi Vaçishtha, alla à son ermitage.