Ouvrir le menu principal

Page:Ballin - Le Mahâbhârata, vol1.djvu/261

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



CHAPITRE XXXIX


LÉGENDES SARASVATIENNES


Argument : Les sept Sarasvatîs. Origine de leurs noms. Sacrifice de Pitâmaha. Le tîrtha Saptasârasvata. Légende de Mankanaka. Causes de sa danse. Indignation des dieux. Colloque de Mahâdeva et de Mankanaka, fils de Soukanyâ et du vent.


2186. Janamejaya dit : Pourquoi (dit-on) Saptasârasvata ? Qu’est-ce que le mouni Mankanaka ? Pourquoi ce vénérable est-il saint, et quel était son ascétisme ?

2187. De quelle famille était-il et qu’a-t-il étudié, ô le meilleur des brahmanes ? Je désire l’entendre raconter dans les règles, ô le plus grand des (hommes) à la double naissance.

2188. Vaiçampâyana dit : Il y a sept Sarasvatîs (rivières) par lesquelles le monde est parcouru. Car la Sarasvatî fut appelée en différents lieux par les puissants, (et vint à leur appel). Ces sept Sarasvatîs sont :

2189. La Souprabhâ (au bel éclat), la Kâncanâkshî (aux yeux d’or), la Viçâlâ (grande), la Manoramâ (charmante) ; la Sarasvatî est (encore) l’Oghavatî (qui a des flots), le Sourenou (qui a un beau sable), la Vimalodakâ (aux eaux sans tache).

2190. Le grand Pitâmaha (ancêtre du monde, Brahma) offrait un grand sacrifice, dont l’emplacement était étendu. Il y avait là d’excellent brahmanes.