Ouvrir le menu principal

Page:Ballin - Le Mahâbhârata, vol1.djvu/134

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



CHAPITRE XX


MORT DU ÇALVIEN


Argument : Prouesses du roi de Çalva et de son éléphant. Drishtadyoumna marche contre eux. Il descend de son char, que l’éléphant brise contre terre, avec les chevaux et le cocher. Bhîma, Çikhandin et le Çinien viennent à son secours. Effroi de l’armée Pândouide, Drishtadyoumna poursuit et tue avec sa massue, l’éléphant du roi de Çalva, qui est lui-même tué par le Çinien.


1066. Sañjaya dit : Cependant la multitude des hommes étant retournée (au combat), le roi des troupes barbares, le Çalvien, irrité, attaquait la grande armée des Pândouides,

1067. Monté sur un très grand éléphant en rut, farouche, pareil à une montagne, broyant les troupes ennemies, semblable à Airâvata (l’éléphant d'Indra).

1068. Cet (éléphant), issu d’une noble race, constamment honoré par les Dhritarâshtrides, bien préparé par les gens au courant des décisions et des préceptes (en cette matière), dut toujours être employé (quand il fut question de) guerres, ô roi.

1069. Le meilleur des rois l’ayant monté, ressembla au soleil à la fin de la nuit, quand il se tient au-dessus des montagnes de l’est. Avec cet excellent éléphant, ô roi, il marcha contre les fils de Pândou réunis.

1070. Il déchira (les ennemis), avec des flèches aiguës.