Page:Ball - La folie érotique, 1893.djvu/95

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
98
L’EXCITATION SEXUELLE

cessa de proférer les propos les plus indécents.

Outre les symptômes de l’accès précédent, on remarqua que l’œsophage était fermé par une strangulation spasmodique.

Devant le pasteur, ses parents et ses médecins, elle récita les deux premières strophes de l’Ode à Priape. Le paroxysme dura neuf heures. Une prostration absolue lui succéda bientôt, le pouls devint misérable, il s’y joignit de fréquents hoquets et le rire sardonique.

Au milieu d’une sueur froide générale, cette infortunée expira.

L’ouverture ne fut point accordée par les parents.

Il est fort regrettable que l’autopsie n’ait pas eu lieu, on aurait certainement trouvé des lésions des organes génitaux