Ouvrir le menu principal

Page:Ball - La folie érotique, 1893.djvu/73

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
76
L’EXCITATION SEXUELLE

nous les eut révélées, nous n’y eussions pas ajouté foi, si des preuves trop convaincantes ne nous eussent été fournies. Nous avons vu plusieurs de ces misérables hommes qui recevaient d’elle le prix de leur abjecte industrie. Ils venaient nous dire combien elle était laborieuse ; ils nous affirmaient et nous cautionnaient sa moralité, espérant lui faire rendre la liberté et retrouver ainsi leur salaire. Nous n’avons pu nous contenir, et dans notre indignation nous sommes parvenu à arracher à l’un d’eux l’aveu et les détails de ses amours infâmes.

Cette femme avilie, ce monstre, a conservé jusqu’à la fin son calme, sa douceur inaltérable et toute son apparence d’honnêteté.

Dans les premiers jours de mai 1858, elle a été prise d’engourdissement dans