Ouvrir le menu principal

Page:Ball - La folie érotique, 1893.djvu/71

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
74
L’EXCITATION SEXUELLE

qu’on se porta caution pour elle en la rendant aux siens. Elle avait édifié tous les habitants de cette maison par la ferveur avec laquelle elle s’était livrée aux pratiques de la religion.

Une fois libre, elle reprit le cours de ses scandales, et toute son existence se passa ainsi.

Après qu’elle eut fait le désespoir de son mari et de ses enfants, ceux-ci espérèrent enfin que l’âge venant à leur aide tempérerait le feu qui la dévorait. Ils se trompaient. Plus elle commettait d’excès, et plus elle prenait d’embonpoint, plus elle avait d’éclat et de fraîcheur. Comment est-il possible que des penchants si bas et des habitudes si dégradées puissent laisser à la physionomie tant de douceur, à la voix tant de jeunesse, au maintien tant de calme et au regard une sécurité si limpide ?