Ouvrir le menu principal

Page:Ball - La folie érotique, 1893.djvu/69

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
72
L’EXCITATION SEXUELLE

dans la rue et qu’elle parvenait à faire monter chez elle sous un prétexte improvisé ; c’était un jeune homme, un apprenti, un domestique, un enfant revenant de l’école ! Elle mettait tant d’innocence extérieure en leur adressant la parole que chacun la suivait sans défiance.

Plus d’une fois elle fut battue ou volée, ce qui ne l’empêchait pas de recommencer.

Devenue grand’mère, elle continuait le même genre de vie.

Un jour elle introduisit chez elle un petit garçon de douze ans, lui disant que sa mère allait y venir. Elle lui donna des bonbons, l’embrassa, le caressa, puis, comme elle voulut le déshabiller et lui faire des attouchements obcènes, l’honnête enfant se mit en révolte, la frappa, et alla tout raconter à son frère, jeune homme