Ouvrir le menu principal

Page:Ball - La folie érotique, 1893.djvu/67

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
70
L’EXCITATION SEXUELLE

pas une parole obscène, pas un geste, pas le plus petit mouvement d’agitation, de colère ou d’impatience. Elle est parfaite tant qu’elle est enfermée, mais absolument incapable d’user de la liberté.

Toute sa vie, dès son jeune âge, elle a recherché les hommes, et s’est abandonnée à eux. Jeune fille, elle les provoquait, et désolait et humiliait ses parents par son avilissement. Du caractère le plus docile, le plus aimable et le plus enjoué, rougissant quand on lui adressait la parole, baissant les yeux toutes les fois qu’elle était en présence de plusieurs personnes, aussitôt qu’elle était parvenue à se trouver seule avec un homme jeune ou vieux, même avec un enfant, elle était subitement transformée, relevait ses jupes et attaquait avec une énergie sauvage celui qui devenait l’objet de ses amoureuses