Ouvrir le menu principal

Page:Ball - La folie érotique, 1893.djvu/127

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
130
LA PERVERSION SEXUELLE

professeur Ch. Robin trouva les lésions d’une méningite chronique.


Il serait facile de multiplier les exemples de ces aberrations qui relèvent évidemment de l’aliénation mentale ; mais il nous semble inutile de dresser ici une liste qui ne saurait être complète.

Qu’il nous suffise de noter trois points fondamentaux qui nous paraissent caractériser les actes de cette nature.

1° L’instinct sexuel n’est point satisfait par le coït ; c’est une particularité que nous avons déjà notée chez les nymphomanes. Le désir se transforme aussitôt en fureur et conduit à la férocité, au meurtre et à l’anthropophagie.

2° Les criminels de cette espèce aiment à mutiler les organes génitaux de la vic-