Page:Bérillon - La psychologie de la race allemande, 1917.djvu/28

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
26
docteur edgar bérillon

Nous répéterons : « La chair de l’Allemand n’est pas celle du Français ; elle est autre. » Beaucoup d’indices permettent de considérer qu’au point de vue physique et chimique, il y a plus de différence entre un Français et un Allemand qu’entre un blanc et un nègre.


Le sang. — Par exemple, considérons la composition du sang qui, de tous les liquides de l’organisme, est celui dont le rôle est le plus important dans la constitution spécifique de l’animal. Cela est tellement admis que la pureté du sang est devenue synonyme de pureté de la race.

C’est de la plasticité particulièrement active de son liquide sanguin que le cheval de pur sang tire sa noblesse, et ce n’est pas sans motif qu’on lui attribue la plus grande part dans la constitution de ses formes, c’est-à-dire de ses éléments plastiques.

De même, chez les races humaines, le sang offre des différences appréciables dans le nombre et la proportion des globules blancs et rouges.

On doit au docteur Maurel la connaissance d’un fait important. Pour étudier les globules rouges, on les conserve dans un sérum contenant 4 centigrammes de sulfate de soude. Or, ce sérum, capable de conserver dans leur forme les globules européens, de même que ceux des Hindous, demande des proportions différentes pour d’autres races : 8/100 pour les globules de nègre et 2/100 pour ceux des Chinois.

Jusqu’ici la numération du nombre des globules blancs et rouges du sang des diverses races n’a pas encore été jugée digne d’intérêt. Cependant, cette étude pourrait aboutir à d’utiles constatations.

Par la comparaison des chiffres publiés dans les travaux des principaux spécialistes en la matière, on peut déjà se rendre compte qu’une différence appréciable existe pour la quantité de leurs leucocyles chez les Allemands et chez les Français :

Variétés de leucocytes.
Jolly
(Français)
Bezançon
(Français)
Engel
(Allemand)
Nœgli
(Allemand)
Polynucléaires neutrophiles 
0/0 60’ 66’ 66 à 75 65 à 70
Polynucléaires éosinophyles 
0/0 1 à 2 1 à 2 2 à 4 2 à 4
Labrocytes (mastzellen) 
0/0
Mononucléaires et lymphocites 
0/0 38,5 32 à 33 29 25 à 30


Formule leucocytaire normale.


D’après Arneth (Allemand):

V = 2 0/0… I = 5 0/0 ; II = 35 0/0 ; III = 41 0/0 ; IV = 17 0/0

D’après Routaboul (Français):

V = 1 0/0… I = 10 0/0 ; II = 45 0/0 ; III = 34 0/0 ; IV = 10 0/0

Nota. — Les chiffres romains représentent le nombre de noyaux des leucocytes du sang.

La formule représente le pourcentage des leucocytes à 1, 2, 3, 4, et 5 noyaux chez les adultes sains.