Ouvrir le menu principal

Page:Béranger - Chansons anciennes et posthumes.djvu/662

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



ADIEU


Air : T’en souviens-tu ? ou Air nouveau de M. L. Abadie.


France, je meurs, je meurs ; tout me l’annonce.
Mère adorée, adieu. Que ton saint nom
Soit le dernier que ma bouche prononce.
Aucun Français t’aima-t-il plus ? Oh ! non.
Je t’ai chantée avant de savoir lire,
Et quand la Mort me tient sous son épieu,
En te chantant mon dernier souffle expire.
À tant d’amour donne une larme. Adieu !