Ouvrir le menu principal

Page:Béranger - Chansons anciennes et posthumes.djvu/622

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



MON OMBRE


Air : J’étais bon chasseur autrefois.


L’oiseau module un dernier chant ;
Moi, vieillard, j’écoute et je songe.
Mais aux feux du soleil couchant
Je vois mon ombre qui s’allonge,
S’allonge et semble aller s’asseoir
Au bord de la route poudreuse.
Elle aspire au repos du soir ;
Mon ombre devient paresseuse.