Ouvrir le menu principal

Page:Béranger - Chansons anciennes et posthumes.djvu/554

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LA SIRÈNE


Air :


        Les flots sommeillent au rivage ;
        Au ciel brille un beau soir d’été.
        Plus de bruit, tout dort sur la plage,
        Le vent, le travail, la gaieté.
        Du sein de l’onde un mot surnage,
Mot que la nuit fera redire au jour :
                        Amour ! amour ! (Bis.)

        Qui dit ce mot ? C’est la Sirène
        Guettant sa proie au bord des eaux.