Ouvrir le menu principal

Page:Béranger, oeuvres complètes - tome 2.pdf/54

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LES ÉTOILES QUI FILENT


JANVIER 1820


Air du ballet des Pierrots (Air noté )


Berger, tu dis que notre étoile
Règle nos jours et brille aux cieux.
— Oui, mon enfant ; mais dans son voile
La nuit la dérobe à nos yeux.
— Berger, sur cet azur tranquille
De lire on te croit le secret :
Quelle est cette étoile qui file,
Qui file, file, et disparaît ?

— Mon enfant, un mortel expire ;
Son étoile tombe à l’instant.
Entre amis que la joie inspire,
Celui-ci buvait en chantant.
Heureux, il s’endort immobile
Auprès du vin qu’il célébrait…
— Encore une étoile qui file,
Qui file, file, et disparaît.

— Mon enfant, qu’elle est pure et belle !
C’est celle d’un objet charmant.
Fille heureuse, amante fidèle,
On l’accorde au plus tendre amant.