Ouvrir le menu principal

Page:Béranger, oeuvres complètes - tome 2.pdf/37

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


                    Et puis nous fessons,
                    Et nous refessons
Les jolis petits, les jolis garçons.

            Du fond d’un certain palais
            Nous dirigeons nos attaques.
            Les moines sont nos valets :
            On a refait leurs casaques.
        Les missionnaires sont tous
Commis voyageurs trafiquant pour nous.
        Les capucins sont nos cosaques :
À prendre Paris nous les exerçons [1].
                    Et puis nous fessons,
                    Et nous refessons
Les jolis petits, les jolis garçons.

            Enfin reconnaissez-nous
            Aux âmes déjà séduites.
            Escobar va sous nos coups
            Voir vos écoles détruites.
        Au pape rendez tous ses droits ;
Léguez-nous vos biens, et portez nos croix.
        Nous sommes, nous sommes jésuites ;
Français, tremblez tous : nous vous bénissons !
                    Et puis nous fessons,
                    Et nous refessons
Les jolis petits, les jolis garçons.

  1. On voyait surgir des capucins dans plusieurs départements, et quelques-uns tentèrent de se montrer à Paris.