Ouvrir le menu principal

Page:Béranger, oeuvres complètes - tome 2.pdf/341

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ce refrain, si l’on se rappelle que ce mot était employé par les dames de la cour, avant la révolution, pour désigner une mode du temps. Madame de Genlis raconte à ce sujet, dans ses Mémoires, une anecdote on ne peut plus gaie.




À. M. GOHIER


j. Vous qui chantez comme on chante au bel âge.

M. Gohier avait alors près de quatre-vingts ans.




LE SACRE
DE CHARLES-LE-SIMPLE.


k. Charles III, dit le Simple, l’un des successeurs de Charlemagne, fut d’abord évincé du trône par Eudes, comte de Paris. Il se réfugia en Angleterre, puis en Allemagne. Mais, à la mort d’Eudes (en 898), les seigneurs et les évêques français s’étant rattachés à Charles, lui rendirent la couronne, qu’il perdit enfin lorsque, trahi par Hébert, comte de Vermandois, il fut emprisonné à Péronne, où il mourut en 924.

l. Dans l’église volent joyeux.

Au sacre de Charles X, on lâcha dans l’église un grand nombre d’oiseaux, qui se précipitèrent dans toutes les parties de la nef. Cette imitation d’une vieille coutume nous valut un des morceaux de poésie les plus parfaits de madame Tastu, à qui nous devons tant de productions délicieuses.