Ouvrir le menu principal

Page:Béranger, oeuvres complètes - tome 2.pdf/335

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LE
TOMBEAU DE MANUEL


Air : Te souviens-tu ? etc. (Air noté )


Tout est fini ; la foule se disperse ;
À son cercueil un peuple a dit adieu,
Et l’amitié des larmes qu’elle verse
Ne fera plus confidence qu’à Dieu.
J’entends sur lui la terre qui retombe.
Hélas ! Français, vous l’allez oublier.

À vos enfants, pour indiquer sa tombe,
Prêtez secours au pauvre chansonnier.

bis.


Je quête ici pour honorer les restes
D’un citoyen votre plus ferme appui.
J’eus le secret de ses vertus modestes :
Bras, tête et cœur, tout était peuple en lui.
L’humble tombeau qui sied à sa dépouille
Est par nous tous un tribut à payer.
Près de sa fosse un ami s’agenouille :
Prêtez secours au pauvre chansonnier.

Mon cœur lui doit ces soins pieux et tendres.
Voilà douze ans qu’en des jours désastreux,