Ouvrir le menu principal

Page:Béranger, oeuvres complètes - tome 2.pdf/328

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



De l’enfer serai-je habitant,
Ou droit au ciel veut-on que j’aille ?
Oui, dit l’ange ; ou bien non, pourtant.
Crois-moi, tire à la courte paille.
Tout compté, je ne vous dois rien :
Bon ange, adieu ; portez-vous bien.

Ce pauvre diable ainsi parlant
Mettait en gaîté tout l’hospice.
Il éternue, et, s’envolant,
L’ange lui dit : Dieu te bénisse !
Tout compté, je ne vous dois rien :
Bon ange, adieu ; portez-vous bien.