Ouvrir le menu principal

Page:Béranger, oeuvres complètes - tome 2.pdf/319

Cette page a été validée par deux contributeurs.


            De mince étoffe ;
Ton œil ne peut se détacher
Du vieux coq de ton vieux clocher.

Voir c’est avoir. Allons courir !
                Vie errante
            Est chose enivrante.
Voir c’est avoir. Allons courir !
Car tout voir c’est tout conquérir.

Mais à l’homme on crie en tout lieu,
                Qu’il s’agite,
            Ou croupisse au gîte ;
Mais à l’homme on crie en tout lieu
« Tu nais, bonjour ; tu meurs, adieu. »

Quand nous mourons, vieux ou bambin,
                Homme ou femme,
            À Dieu soit notre âme !
Quand nous mourons, vieux ou bambin,
On vend le corps au carabin.

Nous n’avons donc, exempts d’orgueil,
                De lois vaines,
            De lourdes chaînes ;
Nous n’avons donc, exempts d’orgueil,
Ni berceau, ni toit, ni cercueil.

Mais, croyez-en notre gaîté,
                Noble ou prêtre,
            Valet ou maître ;