Ouvrir le menu principal

Page:Béranger, oeuvres complètes - tome 2.pdf/254

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Je vois deux sots rendus à leur province :
« Messieurs, dit l’un, sifflons le troubadour.
« Il veut des croix, et, pour l’offrir au prince,
« À son recueil a mis l’habit de cour.
« Le Roi, dit l’autre, a daigné lui sourire,
« Même a trouvé ses vers assez gentils. »
Voyez du Roi ce que vous ferez dire !
Mieux vous allait de rester tout petits,
Petits, petits, oui, petits, tout petits.

L’humble format sut plaire à cette classe
Sur qui les arts sèment trop peu de fleurs ;
Il se fourrait jusque dans la besace
De l’indigent dont il séchait les pleurs.
À la guinguette instruisant ces recrues,
D’obscurs lauriers j’ai fait large abatis.
Pour rencontrer la Gloire au coin des rues,
Mieux vous allait de rester tout petits,
Petits, petits, oui, petits, tout petits.

Je dois trembler ; car moi, qui suis prophète,
Je vois de loin l’oubli fondre sur vous.
De tant d’échos dont la voix vous répète,
L’un meurt, puis l’autre, et puis cent, et puis tous.
Déjà mon front sent glisser sa couronne ;
Comme les miens vos beaux jours sont partis.
Pour disparaître au premier vent d’automne,
Mieux vous allait de rester tout petits,
Petits, petits, oui, petits, tout petits.