Ouvrir le menu principal

Page:Béranger, oeuvres complètes - tome 2.pdf/215

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Les vents sont doux, l’onde est calme et limpide,
Le ciel sourit : vogue, reine des flots.

        L’eau te réfléchit grande et belle ;
        Ton sein forme un heureux contour.
        À qui ta voile obéit-elle ?
        Est-ce au Zéphyr ? est-ce à l’Amour ?

Reine des flots, sur ta barque rapide
Vogue en chantant, au bruit des longs échos.
Les vents sont doux, l’onde est calme et limpide,
Le ciel sourit : vogue, reine des flots.

        De quel espoir mon cœur s’enivre !
        Tu veux m’arracher de ce fort.
        Libre par toi, je vais te suivre ;
        Le bonheur est sur l’autre bord.

Reine des flots, sur ta barque rapide
Vogue en chantant, au bruit des longs échos.
Les vents sont doux, l’onde est calme et limpide,
Le ciel sourit : vogue, reine des flots.

        Tu t’arrêtes, et ma souffrance
        Semble mouiller tes yeux de pleurs.
        Hélas ! semblable à l’Espérance,
        Tu passes, tu fuis, et je meurs.

Reine des flots, sur ta barque rapide
Vogue en chantant, au bruit des longs échos.
Les vents sont doux, l’onde est calme et limpide,
Le ciel sourit : vogue, reine des flots.