Ouvrir le menu principal

Page:Béranger, oeuvres complètes - tome 2.pdf/191

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


La gaîté qu’il savait répandre
Eût déridé le front d’un roi.

S’il préluda, dans notre gloire,
Aux chants qu’elle nous inspirait,
Sur lui jamais pouvais-je croire
Que l’étranger se vengerait ?

Viens, mon chien, viens, ma pauvre bête ;
Mange malgré mon désespoir.
Il me reste un gâteau de fête ;
Demain nous aurons du pain noir.

Combien sous l’orme ou dans la grange
Le dimanche va sembler long !
Dieu bénira-t-il la vendange
Qu’on ouvrira sans violon ?

Il délassait des longs ouvrages,
Du pauvre étourdissait les maux ;
Des grands, des impôts, des orages,
Lui seul consolait nos hameaux.

Les haines, il les faisait taire ;
Les pleurs amers, il les séchait.
Jamais sceptre n’a fait sur terre
Autant de bien que mon archet.

Mais l’ennemi qu’il faut qu’on chasse
M’a rendu le courage aisé.
Qu’en mes mains un mousquet remplace
Le violon qu’il a brisé.