Ouvrir le menu principal

Page:Béranger, oeuvres complètes - tome 2.pdf/166

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LE MAUVAIS VIN


OU


LES CAR


Air : On dit partout que je suis bête (Air noté )


Béni sois-tu, vin détestable !
Pour moi tu n’es point redoutable,
Bien qu’au maître de ce banquet
Des flatteurs vantent ton bouquet.
Arrose donc, fade piquette,
Les fleurs peintes sur mon assiette.
Vive le vin qui ne vaut rien !
Notre santé s’en trouve bien.

Car, si tu m’invitais à boire,
Bientôt je perdrais la mémoire
Du docteur, qui me dit toujours :
« Pour vous c’est assez des amours.
« Chantez Bacchus ainsi qu’un prêtre
« Parle de Dieu sans le connaître. »
Vive le vin qui ne vaut rien !
Notre belle s’en trouve bien.

Car, si tu portais à l’ivresse,
Certaine Espagnole en détresse,