Ouvrir le menu principal

Page:Béranger, oeuvres complètes - tome 2.pdf/149

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Je l’ai rendu cher au courage,
Dont il adoucit le malheur.
En amour il fut mon ouvrage ;
J’ai pipé pour cet oiseleur.
À lui plus d’un cœur vint se rendre,
Mais les oiseaux en feront foi :
J’ai fourni la glu pour les prendre.
Pauvres pécheurs, priez pour moi !
Priez pour moi, priez pour moi !

Un serpent… (Dieu ! de mot rappelle
Marchangy qui rampa vingt ans !)
Un serpent, qui fait peau nouvelle
Dès que brille un nouveau printemps,
Fond sur nous, triomphe et nous livre
Aux fers dont on pare la loi.
Sans liberté je ne peux vivre.
Pauvres pécheurs, priez pour moi !
Priez pour moi, priez pour moi !

Malgré l’éloquence sublime
De Dupin, qui pour nous parla,
N’ayant pu mordre sur la lime,
Le hideux serpent l’avala.
Or je trépasse, et, mieux instruite,
Je vois l’enfer avec effroi :
Hier Satan s’est fait jésuite.
Pauvres pécheurs, priez pour moi !
Priez pour moi, priez pour moi !