Ouvrir le menu principal

Page:Béranger, oeuvres complètes - tome 2.pdf/145

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



L’OMBRE D’ANACRÉON


SAINTE-PÉLAGIE


Air de la Sentinelle (Air noté )


Un jeune Grec sourit à des tombeaux :
Victoire ! il dit ; l’écho redit : Victoire !
Ô demi-dieux ! vous nos premiers flambeaux,
Trompez le styx, revoyez votre gloire !
        Soudain sous un ciel enchanté
        Une ombre apparaît et s’écrie :
        « Doux enfant de la Liberté, (bis.)
        « Le plaisir veut une patrie !
                « Une patrie !

« Ô peuple grec ! c’est moi dont les destins
« Furent si doux chez tes aïeux si braves ;
« Quand ils chantaient l’amour dans leurs festins,
« Anacréon en chassait les esclaves.
        « Jamais la tendre Volupté
        « N’approcha d’une âme flétrie.
        « Doux enfant de la Liberté,
        « Le Plaisir veut une patrie !
                « Une patrie !