Page:Austen - Orgueil et Prevention 1.djvu/97

Cette page a été validée par deux contributeurs.
93
ET PRÉVENTION

imaginant les choses comme vous les représentez, il faut vous ressouvenir, Mlle Bennet, que l’ami qui est supposé désirer le retard de son voyage ne fait que le désirer, et le demande simplement, sans dire si aucun avantage en peut résulter pour M. Bingley.

» — Céder facilement, sans hésiter, à la prière d’un ami n’est pas un mérite à vos yeux ? dit Élisabeth.

» — Céder sans conviction ne peut donner une grande idée du jugement de l’un ni de l’autre.

» — Vous me paraissez ne rien accorder à l’influence de l’amitié : le nom du demandeur, lorsque c’est un ami, justifie la demande, sans qu’il soit besoin de raisons ni de conviction. Je ne dis rien particulièrement de la circonstance imaginée pour M. Bingley, nous ferons, ce me semble, aussi bien d’attendre qu’elle ait lieu pour y appliquer ses principes et en discuter la sagesse.

» — Avant d’en dire davantage, ne vaudrait-il pas mieux examiner première-