Page:Austen - Love & Freindship and other early works.djvu/92

Cette page n’a pas encore été corrigée


flic, à tous les plaisirs élégants que l'argent pourrait acheter. Louisa était naturellement malmenée et rusé; mais elle avait été enseignée pour déguiser sa Disposition réelle, sous l'apparence d'insinuation Douceur, par un père qui, mais trop bien savait, que pour être marié, serait être la seule chance qu'elle aurait de ne pas être affamé, et qui se flattait avec tant de une part extra -oïdale de beauté personnelle, rejoint à une douceur de Manners, et un engagement adresse, elle pourrait avoir une bonne chance de plaire un jeune homme qui pourrait se permettre de se marier une fille sans Shilling. Louisa parfaitement entré dans les régimes de son père et a été déterminé pour les transmettre avec tous ses soins et son attention. À force de persévérance et d'application, elle l'avait enfin si bien déguisée disposition naturelle sous le masque de l'innocence, et douceur, comme pour imposer à tous ceux qui n'avait pas par une intimité longue et constante avec elle a découvert son vrai personnage. Tel était Louisa quand l'infortunée Lesley l'a vue pour la première fois à Drummond-house. Son cœur qui (pour utiliser votre comparaison préférée) était aussi délicate doux et aussi tendre qu'un (Whipt-syllabub), pourrait ne pas résister à ses attractions. En très peu de jours, il tombait amoureux, peu de temps après est tombé, et avant qu'il l'ait connue un mois, il l'a épousée. Mon père était d'abord très dis-