Page:Austen - Love & Freindship and other early works.djvu/154

Cette page n’a pas encore été corrigée



ne pouvait manquer de plaire. Imagine ma chère Madame combien j'ai été ravie de voir comme je l'ai fait, avec quelle attention elles ont observées chaque objet qu'elles ont vues, comment dégoûtées de certaines Choses, comment enchantées avec d'autres, comment étonnées de tout ! Dans l'ensemble, Elles sont retournés avec ravissements dans le Monde, ses Habitants, et ses manières.

Yrs Ever A. F.

SECONDE LETTRE

D'UNE JEUNE FEMME , PARLANT D'AMOUR A SON AMIE

Pourquoi cette dernière déception elle elle si lourde sur mes esprits? Pourquoi est-ce que je la sens plus fort, pourquoi est-ce qu'elle me blesse plus profondément que ceux que j'ai déjà eut auparavant ? Peut- être que j'ai une plus grande affection pour Willoughby que j'avais pour ses aimables prédécesseurs ? Ou est-ce que nos sentiments deviennent plus aigus en étant souvent blessée? Je dois supposer que ma chère Belle que c'est le cas, puisque je ne suis pas consciente d'être plus sincèrement attaché à Willoughby que j'étais à Neville, Fitzowen, ou l'un des Crawfords, pour tous ceux que j'ai ressenti la plus durable affection qui a jamais réchauffé le cœur