Page:Austen - Love & Freindship and other early works.djvu/153

Cette page n’a pas encore été corrigée



Elles m'ont tous deux assurées qu'elles se souviendraient de mon conseil avec gratitude, et elles le suivraient avec attention; Elles étaient prêtes à trouver un Monde avec plein de choses à les étonner ou à les choquer : elles m' ont fait confiance pour leur comportement,ne me donnerait jamais de raison de regrettée le soin avec lequel j'ais présidé leur enfance et formé leurs esprits ""Avec de telles attentes et de telles intentions (j'ai pleuré) Je ne peux rien avoir à craindre de toi et je peux vous conduire chaleureusement à Mme Cope sans avoir peur de vous laisser séduire par son exemple, ou contaminées par ses Folies. Venez, alors mes Enfants (ajouté I) le chariot circule à la porte, et je ne vais pas un instant retarder le bonheur que vous êtes si impatientes de profiter. Quand nous sommes arrivés à Warleigh, la pauvre Augusta pouvait à peine respirer, tandis que Margaret était tout Vive et Ravie. "Le moment attendu depuis longtemps est maintenant arrivé ( dit elle) et nous serons bientôt dans le Monde. " quelques moments après , nous étions dans Le salon de Mme Cope, où elle était avec sa fille assise prête à nous recevoir. J'ai observé avec ravissement l'impression que mes doux enfants ont fait sur elles . Elles étaient en effet deux douces, élégantes filles, et pourtant un peu décontenancé par la particularité de leur situation, mais c' était une facile pour leurs manières et leur adresse qui