Ouvrir le menu principal

Page:Austen - La Nouvelle Emma T4.djvu/93

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


sa gaîté ordinaires, il lui prit affectueusement les mains, et parla comme un homme auquel il ne fallait qu’un peu de temps et de persuasion pour être convaincu que ce mariage n’était pas si mauvais. Sa compagne n’employa que des palliatifs en parlant de l’offense, ne présenta que de faibles objections ; et lorsqu’ils eurent bien discuté l’affaire en s’en retournant à Hartfield, il était tout à fait réconcilié avec les deux coupables ; peu s’en fallut même qu’il ne pensât que c’était la meilleure chose possible pour Frank Churchill.



―――――