Ouvrir le menu principal

Page:Austen - La Nouvelle Emma T4.djvu/88

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


naire, et si forte, qu’il était à peine reconnaissable. Ce qui lui avait causé les plus vives douleurs, ce fut de la trouver dans le pitoyable état où elle est ; il n’avait pas la moindre idée qu’elle fût malade. Oh ! ma chère Emma, il a horriblement souffert. »

« Et vous êtes bien persuadée que cette affaire a été conduite de la manière la plus secrète, et que les Campbell et les Dixon n’ont eu aucune connaissance de leur engagement ? »

Emma ne put prononcer le nom de Dixon sans rougir un peu.

« Personne au monde. Il a assuré qu’âme qui vive n’en a jamais rien su qu’eux deux. »

« À la bonne heure, dit Emma, il faudra bien se faire à cette idée-là ; je leur souhaite toute sorte de bonheur ; mais je penserai toujours qu’il s’est conduit de la manière la plus détestable.