Ouvrir le menu principal

Page:Austen - La Nouvelle Emma T4.djvu/86

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


intelligibles et excusables des choses que nous ne comprenons pas, et qui nous paraissent condamnables à présent. Ne nous pressons donc pas de le juger sévèrement ; ayons un peu de patience. Je ne puis m’empêcher de l’aimer, et maintenant que je suis débarrassée du poids énorme qui m’accablait, je désire ardemment que l’affaire réussisse, et j’ose même l’espérer. Ils doivent avoir beaucoup souffert tous les deux d’un pareil système, qui les a forcés si long-temps à cacher le secret de leurs engagemens. »

« Il ne paraît pas, reprit séchememt Emma, qu’il ait beaucoup souffert. Hé bien, comment M. Churchill a-t-il pris la chose ? »

« Très-favorablement pour son neveu. Il a donné son consentement sans presque faire de difficultés. Que d’événemens dans cette famille en une seule