Ouvrir le menu principal

Page:Austen - La Nouvelle Emma T4.djvu/64

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


lui faisait plus de mal que de bien. Emma l’écoutait avec un tendre intérêt, la plaignait de plus en plus, et cherchait dans sa tête les moyens de lui être utile. La séparer de sa tante, ne fût-ce que pendant une heure ou deux, pour la faire changer d’air, lui présenter de nouvelles scènes, l’amuser par une conversation délicate, cela pourrait lui faire du bien. Aussi, le lendemain matin, elle lui écrivit de nouveau de la manière la plus pressante. « Qu’elle se rendrait chez elle à l’heure qu’elle voudrait choisir pour la mener promener en voiture, observant que M. Perry avait déclaré que ce genre d’exercice ne pouvait que lui être très-avantageux. » Elle reçut la réponse suivante :

« Mademoiselle Fairfax fait ses complimens à mademoiselle Woodhouse, la remercie, étant hors d’état de prendre aucune espèce d’exercice. »