Ouvrir le menu principal

Page:Austen - La Nouvelle Emma T4.djvu/62

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


mitié, et Emma désirait être des premières. Les plus grands regrets qu’elle éprouvât, peut-être les seuls, c’était sa froideur envers elle ; et la personne à laquelle elle avait marqué le plus d’éloignement, se trouvait celle à qui elle désirait donner des preuves de considération, d’égards et de sympathie. Elle souhaitait pouvoir lui être utile ; lui témoigner que sa société lui était agréable. Elle résolut de l’engager à venir passer une journée à Hartfield ; elle lui envoya un billet d’invitation. Elle fut refusée verbalement. « Mademoiselle Fairfax était trop indisposée pour écrire. » Et lorsque M. Perry vint à Hartfield, il dit qu’il l’avait visitée malgré elle ; qu’elle souffrait beaucoup de la tête, et d’une fièvre nerveuse, ce qui le faisait douter qu’elle pût se rendre chez madame Smallridge au temps fixé. Sa santé paraissait tout-à-fait