Ouvrir le menu principal

Page:Austen - La Nouvelle Emma T4.djvu/287

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



« Nous nous ressemblons un peu en cela. »

Il fit un profond salut.

« Si nous n’avons pas les mêmes dispositions, ajouta-t-elle avec sensibilité, notre destinée est la même, destinée que nous devons probablement à des êtres qui nous sont supérieurs. »

« C’est très-vrai, dit-il avec chaleur. Non pas pour vous, mais bien pour moi. »

« C’est un ange, regardez-la ; examinez son cou, ses yeux, à présent qu’elles les tourne vers mon père. Vous serez bien aise de savoir (s’approchant de son oreille) que l’intention de mon oncle est de lui présenter les diamans de ma tante ; on les fera remonter. Je veux qu’on en emploie une partie à un diadême. N’ira-t-il pas bien avec ses cheveux noirs ? »

« Je suis de votre avis. Elle lui parla avec tant d’amitié, qu’il s’écria : »