Ouvrir le menu principal

Page:Austen - La Nouvelle Emma T4.djvu/285

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


vez pas oublié les vœux que je formais pour vous. Permettez-moi de vous féliciter à mon tour : je vous assure que j’ai appris cette nouvelle avec le plus vif intérêt. C’est un homme que je ne me crois pas digne de louer. »

Emma, charmée de l’entendre parler de cette manière, eût désiré qu’il continuât. Mais ses idées changèrent d’objet ; il les reporta sur lui-même et sa Jeanne, disant :

« Avez-vous jamais vu une plus belle peau ? si unie ! si délicate ! Elle n’est cependant pas blonde. Sa complexion est surprenante, avec ses cheveux et ses sourcils noirs. Elle a véritablement l’air distingué, assez de couleurs pour être belle. »

« J’ai toujours admiré sa complexion, dit Emma, avec malice : je me souviens du temps où vous la croyiez trop pâle. Si je m’en souviens bien. La première