Ouvrir le menu principal

Page:Austen - La Nouvelle Emma T4.djvu/272

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



« Emma, ma chère amie, vous m’avez dit que cet événement ne vous affecterait pas ; mais je crains que vous n’ayez trop présumé de vos forces. Sa situation dans le monde est un mal, mais vous devez considérer que votre amie s’en contente, et je réponds que lorsque vous le connaîtrez mieux, vous l’estimerez infiniment plus que vous ne faites aujourd’hui. Vous serez charmée de son bon sens et de ses principes. Quant à ce qui le regarde comme homme, vous ne pouvez pas désirer que votre amie tombe en de meilleures mains. S’il ne dépendait que de moi de lui donner un rang plus élevé dans la société, je le ferais de grand cœur ; c’est je crois, Emma, vous prouver le cas que je fais de lui. Vous vous êtes moquée de moi au sujet de Larkins, eh bien ! il me serait aussi difficile de me passer de Robert Martin, que de lui. »