Page:Austen - La Nouvelle Emma T4.djvu/250

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



C’était la réponse à la communication qu’il lui avait faite de son mariage. Emma la prit avec vivacité, impatiente de voir ce qu’il en pensait, et ne fit pas seulement attention à l’oubli dont il s’était rendu coupable envers son amie.

« Jean, comme un bon frère, se réjouit de mon bonheur, continua M. Knightley : il n’est pas complimenteur ; et quoique je sache qu’il a pour vous une affection vraiment fraternelle, il est si loin de chanter vos louanges, qu’une autre jeune personne que vous pourrait le soupçonner de froideur à son égard. Mais je ne crains pas, malgré cela, de vous montrer ce qu’il écrit. »

« Il écrit en homme sensé, dit Emma, en lui rendant la lettre : j’honore sa sincérité. Il est clair qu’il considère que je suis la seule avantagée par ce mariage ; mais il espère qu’avec le temps je me rendrai aussi digne de vos affec-