Ouvrir le menu principal

Page:Austen - La Nouvelle Emma T4.djvu/245

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de bien. Il était très-naturel que vous vous dissiez à vous-même, de quel droit vient-il me donner des leçons ? Il était encore très-naturel de penser que je m’y prenais d’une manière peu agréable. Je ne crois pas vous avoir rendu un grand service. C’était moi-même, au contraire, que je servais, car vous étiez pour moi l’objet de l’affection la plus tendre. Je n’ai pu tant m’occuper de vous, sans vous aimer malgré vos défauts ; et tout en m’imaginant que vous en aviez beaucoup, vous étiez à peine parvenue à votre treizième année, que je vous étais sincèrement attaché. »

« Et moi, je suis très-persuadée que je vous dois beaucoup, dit Emma ; j’ai souvent profité de vos leçons, quoique dans ce temps-là je n’en convinsse pas. Vous m’avez été très-utile. Et si la pauvre petite Anne Weston devient un