Ouvrir le menu principal

Page:Austen - La Nouvelle Emma T4.djvu/240

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



« Vous êtes trop bonne ; ma conduite avec vous a été, et je le sens, une suite d’artifice et de froideur. J’avais un rôle à jouer… Et ce rôle était d’en imposer. Je sais que cela devait vous déplaire. »

« N’en dites pas davantage, je vous en prie. Pardonnons-nous nos torts respectifs. Nous devons nous dépêcher de faire ce qui doit nécessairement être fait : je crois qu’en cela nos sentimens se rencontreront. Je me flatte que vous avez de bonnes nouvelles de Windsor. »

« Très-bonnes. »

« Et les premières, je présume, annonceront que nous devons nous attendre à vous perdre dans peu, justement au moment où je commençais à vous connaître. »

« Quant à cela, l’on ne peut encore y penser. Je resterai ici jusqu’à ce que