Ouvrir le menu principal

Page:Austen - La Nouvelle Emma T4.djvu/234

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


m’envoyer ici pour être à charge à mes amis ; mais vous comptiez sur ma docilité. Vous ne vous êtes pas pressé de venir, parce que vous saviez que j’attendrais mon seigneur et maître. Je suis ici depuis une heure, donnant à ces jeunes demoiselles l’exemple de l’obéissance conjugale. Qui peut savoir si elles n’en auront pas bientôt besoin ? »

M. Elton avait tellement chaud, et était si las, que cette tirade de bel esprit fut perdue pour lui. Il avait d’abord ses devoirs à rendre aux dames, et ensuite à s’occuper de lui-même. Il se plaignit de la chaleur et de la longue course qu’il venait de faire inutilement.

« Lorsque j’arrivai à Donwell, Knightley ne s’y trouva pas. Extraordinaire ! Cela ne se conçoit pas ! D’après le billet que je lui ai écrit ce matin,