Ouvrir le menu principal

Page:Austen - La Nouvelle Emma T4.djvu/23

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



« Oh ! de tout mon cœur, si vous le pouvez. »

« Fort bien, je me charge de la commission ; vous aurez une femme charmante. »

« Je demande qu’elle soit très-gaie ; qu’elle ait les yeux gris-foncé : je me soucie peu du reste. J’irai voyager pendant deux ans ; à mon retour je viendrai vous demander ma femme. Souvenez-vous-en. »

Il n’y avait pas de danger qu’Emma l’oubliât. Cette commission caressait agréablement son imagination. Henriette ne serait-elle pas la femme qu’il lui faudrait ? Excepté des yeux gris-foncé, dans deux ans elle serait digne de lui : Il pensait peut-être à Henriette, lorsqu’il parlait d’une femme ; qui sait ? S’en rapportant à elle pour le soin de son éducation, semblait confirmer cette idée.