Ouvrir le menu principal

Page:Austen - La Nouvelle Emma T4.djvu/226

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



« Nous la finirons dans un autre moment. Vous et moi, nous ne manquerons pas de trouver une occasion opportune. À la vérité, vous savez ce qu’il y a d’essentiel à présent. Je voulais seulement vous prouver que madame S. recevait notre apologie, et n’était point offensée. Vous voyez qu’elle écrit gracieusement. C’est une charmante femme ! Vous en auriez été folle, si vous étiez entrée chez elle. Mais soyons discrètes. Pas un mot de plus. Conduisons-nous bien. Chut ! Vous vous souvenez de ces vers. J’oublie de quel poème.

S’agit-il d’une dame,
On doit tout oublier.

Maintenant, ma chère, dans le cas où nous nous trouvons, au lieu de dame, lisez… Chut ! Un demi-mot suffit au sage. Je suis enjouée aujour-