Ouvrir le menu principal

Page:Austen - La Nouvelle Emma T4.djvu/202

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.







CHAPITRE XLIX.


Cette lettre toucha sensiblement Emma. Elle fut obligée, malgré la résolution qu’elle avait formée, de lui rendre toute la justice que madame Weston disait qu’elle méritait. Aussitôt qu’elle arriva à l’endroit où il parlait d’elle, elle ne put y résister ; son cœur se radoucit ; chaque ligne l’intéressa et lui parut agréable, et lorsque le charme cessa, le sujet se soutint de lui-même, par le retour des sentimens qu’elle avait eus pour l’auteur de la lettre, et surtout par l’attraction qu’elle sentait en ce moment pour tout ce qui peignait une passion amoureuse. Elle la lut du commencement jusqu’à la fin sans s’arrêter ; et, quoiqu’il fût impossible de s’empêcher de ne pas le reconnaître coupable