Ouvrir le menu principal

Page:Austen - La Nouvelle Emma T4.djvu/191

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


le proposer. Mon oncle a eu trop de bonté pour moi, pour que je me permette d’en abuser. Je dois encore ajouter quelque chose à cette lettre. Vous ne savez pas ce qu’il est nécessaire que vous sachiez. J’étais trop troublé hier pour vous donner des détails suivis ; mais le dénouement subit et à contre-temps de cette affaire, mérite une explication, car, quoique l’événement du 28 du mois dernier m’eût ouvert une heureuse perspective, comme vous vous l’imaginez bien, je me serais bien gardé de prendre des mesures prématurées, si des circonstances très-particulières ne m’avaient forcé à ne pas perdre un instant. J’aurais rougi de ma précipitation ; et elle eût ressenti mes scrupules avec une sensibilité exquise. Mais je n’avais pas de choix. L’engagement précipité qu’elle avait pris avec cette femme…