Page:Austen - La Nouvelle Emma T4.djvu/177

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


dessus les intentions de M. Knightley ; mais après avoir consulté son cœur, elle se promit de la manière la plus solennelle de ne jamais quitter son père. Elle versa même des larmes amères d’avoir pensé à la possibilité d’agir autrement. Tant qu’il vivrait, M. Knightley en prendrait l’engagement, et elle se flattait que le danger de la perdre n’existant pas, ce serait une consolation de plus pour son père que de l’avoir à la maison. Mais quant à ce qu’elle pouvait faire pour Henriette, la solution de la question était plus difficile : comment lui épargner d’inutiles chagrins ? comment lui donner une compensation ? comment enfin ferait-elle pour ne pas s’attirer sa haine ? Ces réflexions l’occupèrent long-temps. Elle repassa de nouveau dans son esprit la folie de la conduite qu’elle avait tenue avec sa pauvre petite amie, se fit